Comment je suis sortie des griffes d’un manipulateur

19 déc

Vous ne pouvez pas imaginer combien de fois je me suis assise devant cette page. Ca se compte en centaine de fois. Rien ne sortait et pourtant j’ai tant de sentiments, d’émotions en moi. Autant de la colère, de la tristesse, de la rancoeur, du vide, de la haine, de la joie, un peu de fierté quand même, bref je ne sais même pas qualifier mon état émotionnel actuel. Aujourd’hui je vais mieux, je suis de nouveau heureuse, très heureuse même, mais je sais que j’ai un énorme travail sur moi-même à faire.

 

encore un sujet que j’avais sur le coeur et que j’avais envie de partager avec vous. J’avais pensé à en parler en story sur Instagram mais je n’ose pas. L’interaction serait pourtant plus simple et plus fluide en live, à l’oral mais j’ai peur de ne pas maîtriser mes émotions devant vous alors pour ce premier jet, vous m’excuserez mais je resterai cachée derrière mon écran. On pourra passer à des échanges en stories si je vois que le sujet vous intéresse et/ou vous fait réagir ici en commentaires.

Aujourd’hui donc, pour la première fois sur ce blog, on va soulever une partie bien intime de ma vie personnelle. Vous savez comme je crève de peur de le faire mais ça va me faire du bien de l’exprimer et d’en parler avec vous, j’en suis presque persuadée.

 

En apparence j’étais heureuse, la fille la plus amoureuse du monde entier mais la réalité est toute autre. A l’extérieur il passe pour le mec posé, calme, qui parle bien alors que, la vérité, c’est qu’il s’inventait des professions, des activités, des projets professionnels. Je n’ai jamais connu plus menteur que lui.

 

Lorsque j’ai réussi à le quitter je me suis sentie libre mais je me suis sentie coupable pendant encore très longtemps.

 

Il est mythomane avec un clivage majeur : à l’extérieur tout est parfait, il est toujours bien habillé alors qu’il était quasiment tout le temps au chômage, ça flattait son ego.

 

La culpabilité est faite de petites phrases assassines qui sont gravées à l’intérieur de soi. C’est tout un travail pour moi que ces phrases arrêtent de tourner sans cesse dans ma tête, ces phrases qui font que je manque tellement de confiance en moi.

 

Il se nourrissait de moi, m’utilisait comme trophée pour remonter la faible image qu’il avait de lui-même. La vérité c’est qu’il est très seul, il n’a pas de famille, pas d’amis, il est mythomane, il jouait des sentiments ce qui fait que j’étais sans cesse dans l’attente.

 

Le jour où je lui ai fait sa valise je savais que c’était fini.

 

Je suis passée par toutes les émotions.

 

Maintenant j’apprends l’amour de soi, je me reconstruis, j’essaye de m’apprécier, de ne plus me dévaloriser et ne pas juste voir ce qui ne va pas chez moi.

 

Il soufflait sans cesse le chaud et le froid, il me rejetait et me reprenait, me promettant monts et merveilles, s’excusant, pleurant même parfois, en mettant en avant son passé difficile, me disant à quel point je suis indispensable à sa vie.

 

C’est un peu comme une coquille vide que j’ai passé mon temps à nourrir. De mon amour, de mon énergie, de mon temps, etc sans jamais rien avoir en retour.

 

Il était persuadé qu’il pouvait lire en moi, qu’il me connaissait par coeur et qu’il avait une intuition sans faille pour tout ce qui me concernait.

 

Il créait cette peur de le perdre et la culpabilité pour mieux me mettre sous emprise.

 

Je sors petit à petit de ce mécanisme de lui trouver des excuses et de comprendre son comportement qui est juste inhumaine et inexcusable. Je sais c’est fou mais je n’arrive pas encore à savoir si c’est son passé qui a fait de lui cette personne insensible, sans coeur, froide, avec cette froideur affective et sans âme ou si c’est juste lui, s’il est comme ça et puis c’est tout.

 

J’avais toujours espoir de retrouver cet homme du début, celui qui me protégeait et m’aimait. Je vous jure qu’au début c’était vraiment un amour. Il me valorisait beaucoup, disait à qui voulait bien l’entendre que j’étais la plus belle, la plus intelligente, si indispensable dans sa vie. Puis tout à changé, tout d’un coup.

 

Le secret maintenant c’est de reprendre la main, de ne pas nourrir mon sentiment de culpabilité, être heureuse, être centrée sur moi-même, nourrir des désirs qui me sont propres pour ne plus être atteinte par la toxicité.

 

Grâce à lui mine de rien j’ai fait un sacré chemin intérieur vers une liberté et un mieux-être, j’ai une urgence à bien vivre maintenant, à aimer la vie.

 

Ce qui m’énerve c’est qu’aujourd’hui encore j’arrive à me trouver nulle (et honteuse) d’avoir été aussi bête et naïve.

No comments yet

Leave a Reply